L’atelier de Saint Martin est né de l’association Histoires de Boîtes à couture, huit dames de village, se réunissent chaque jeudi pour broder, coudre, tricoter, papoter et surtout créer. Dans la salle du foyer, vous y rencontrerez, Nathalie Locquen (la Bastidane), Rose Marie Arzalier, Clo Negri, Denise Pellenc, Michèle Meynier, Jacqueline Viretto, Roselyne Dal Canto, Gilberte Beynet. Quelquefois Josseline Barbey, qui nous rend des petites visites, et qui regrette bien de ne pas habiter Saint Martin.

 

Elles créent avec des bouts de rien des ouvrages doux et uniques. L’une pour ses petits enfants, l’autre pour ses amies. Elles brodent inlassablement, font naître des poupées de bois, habillées des plus beaux atours, des champignons fantastiques poussent sous leur doigts où quelques fées viennent s’y poser. Elles patchent, elles piquent un jupon ancien, se créent des portes aiguilles et des pochettes à secrets. Elles s’initient à l’art textile, au crazy. Elles font que chaque jeudi est un bonheur autour d’un café et de pâtisseries faites maison. Les gros soucis, les petits chagrins s’envolent pour quelques heures. Elles oublient tout, rient de tout, et s’amusent d’un rien. Elles ouvrent même pendant les vacances scolaires les portes du foyer, pour initier leurs petites filles à leur art.

Pourquoi exposent elles, me direz vous ? Dans une exposition internationale d’art textile ? Mais tout simplement parce qu’elles en sont les bénévoles, les organisatrices, les plus acharnés supporters, et qu’elles font totalement confiance en Nathalie Locquen et Rose-Marie Arzalier, initiatrice du projet.

Comment sont nées « Aiguilles en Luberon » ?

Cette manifestation est née en 2009 sous l’impulsion de Rose Marie Arzalier, lancée lors d’un conseil d’administration de l’office de tourisme de la vallée d’Aigues. Cette provençale est née en 1937, comme toutes les femmes de sa génération, les travaux d’aiguilles font partie de son éducation, le piqué marseillais et le boutis de son patrimoine. Adepte du Patchwork dès les premières heures, elle voue depuis le milieu des années 1970, une passion pour l’art textile, ni artiste, ni technicienne, ni professeur, elle est simplement amateur. Globe trotter, elle court d’expositions en expositions, elle visite, elle voyage afin de découvrir de nouveaux artistes, de nouvelles techniques, de nouveaux arts.

L’idée de créer les 1ères rencontres, lui est venue après avoir entendu très souvent de la part des quilteuses de son entourage, les regrets de ne plus pouvoir voyager. Entraînant Nathalie Locquen, sa fille, dans son ambitieux projet, elles ont toutes deux créées l’association Histoires de boîtes à couture afin que les « Aigu’illes en Luberon » puissent voir le jour dans une région où ce genre de manifestation manquait cruellement. De là, est aussi né, l’atelier de Saint Martin que nous vous présentons aujourd’hui.

Fortes du soutien logistique de municipalités des villages participants à ces « Aigu’illes en Luberon », mais aussi grâce à la spontanéité, la générosité et l’enthousiasme des membres de l’atelier, des habitants des villages, de leurs amis, des artistes et des exposants, Histoires de boîtes à couture, son équipe de bénévoles des villages de la vallée d’Aigues, peut, aujourd’hui vous en présenter la 5ème Edition.

HISTOIRES DE BOITES A COUTURE

•courrier : 243 Chemin des Micoulettes, 84670 Saint Martin de la Brasque

•téléphone : +33(0)4 90 07 70 98 / +33(0)4 90 77 63 29

•mail : aeluberon@gmail.com / locquen@gmail.com

•blog : www.labastidane.fr/blog