Traditionnel, c’est le mot qui vient à l’esprit lorsqu’on découvre les ouvrages de Catherine Quillé. Le traditionnel qu’est ce que c’est ? Des motifs piécés inventés jadis par des dames, des pionnières de l’art de récupération dans un monde où il n’y avait pas de place pour le gaspillage, des migrantes racontant l’histoire de leur vie et interprétant les symboles de leur culture passée. Catherine se réapproprie les motifs légendaires du patchwork américain pour nous offrir ses Bricoles Textiles.

En parcourant le blog de Catherine, on est immédiatement plongé dans ses couleurs fétiches : le rouge et le blanc dominent, les beiges rosés et les tons tournoyants donnent vie à des motifs familiers et pourtant sublimés. Catherine est une femme qui a toujours fait mille choses de ses dix doigts : de la broderie à la couture en passant par le tricot, ses passe-temps étaient créatifs. Il y a une trentaine d’années, une amie l’initie au patchwork qu’elle découvre avec ravissement. Un jour, elle décide de s’y consacrer exclusivement, pour son plaisir. A l’époque, Catherine habite Lyon, non loi de la première boutique de Jacqueline Morel qui lui enseigne le quilting à la main. La quinteuse passionnée ne rate jamais un cours quand Sophie Campbell se déplace dans sa ville.

Pour Catherine, tout doit être cousu à la main. Elle apprend les techniques comme l’appliqué avec Annick Huet. Chaque nouveau savoir-faire maîtrisé est pour elle le moyen de se libérer des contraintes. Il lui arrive de coudre des journées entières sans sortir de son atelier. Les étoiles à plumes (« Fearthered Stars ») se combinent aves les étoiles de l’Ohio (« Ohio Stars ») pour former une symphonie céleste lumineuse et éclatante. Elle choisit délibérément de laisser de grandes zones à quilter car, pour elle, le matelassée à la main est aussi important que l’assemblage. Une magnifique page blanche est ouverte sur la créativité, un moment de bonheur, un instant de méditation …

Catherine ne vit pas sur ses acquis, elle continue de se former chaque jour en achetant toujours plus de livres. Elle possède une imposant bibliothèque dont la principale thématique est le patchwork. Elle n’hésite pas également à visiter des salons, des expositions et des musées et de se rendre dans des magasins spécialisés, plus particulièrement aux-Etats-Unis ou elle a la chance d’avoir de la famille, mais aussi sur « notre vieux continent ». Elle travail sur plusieurs ouvrages en même temps. Nous découvrons l’avancée de ses projets au fil de ses photos proposées sur son blog en un joyeux pêle-mêle. Elle s’impose un emploi du temps digne des plus grandes entreprises pour être dans les temps et réussir les défis qu’elle se fixe au hasard du net. Actuellement , elle participe aux « Hexies » (il s’agit de réaliser un hexagone par jour pour assembler une fleur par semaine) et au Mini quilt du mois proposés par des blogueuses comme elle. Mais Catherine garde du temps pour ses propres créations ou plutôt, comme elle aime le dire elle-même, ses propres réinterprétations qu’elle classe dans la catégorie « Symphonie ».

Le traditionnel est finalement résolument moderne, le patchwork est un éternel recommencement, ces motifs qui perdurent par delà les siècles sont toujours d’actualité. Le patchwork est plus qu’un art de vivre, il fait partie de notre histoire, une histoire à réécrire, une histoire que Catherine raconte. Elle essaie de guider les adhérentes des clubs dont elle est membre vers la création : elle ouvre la porte de leur imaginaire, elle leur donne envie de détourner des modèles existants afin qu’elles laissent la trace de leur propre personnalité et peut être un petit peu d’elle-mêmees dans la grande légende des ouvrage de dames.

CATHERINE QUILLE

•courriel : quille@gmail.com

•site web : bricolestextiles.canalblog.com